“un paysage technologique très curieux, hétérogène”

by nicolasnova

A la minute 22:45 de la baladodiffusion de cette émission de France Culture, le philosophe de la pensée écologique Dominique Bourg avance l’analyse suivante plutôt applicable aux Alpes :

“…très probablement, notre capacité de remédier est très faible par rapport aux enjeux que l’on a déclenchés. Du coup, il y a un moment d’acmé de la puissance qui est la nôtre. Mais on peut très bien imaginer que l’on va devoir vivre sur un écoumène, la partie de la terre habitée par les hommes en voie de rétrécissement sur le long cours, plus hostile, beaucoup plus pauvre en ressources […] avec une disponibilité énergétique qui va devenir moins grande. On a une humanité qui va pendant un certain temps quand même tanguer sur le bateau terre. Et une humanité qui ne pourra pas se résoudre à une position simple. Elle sera obligée de maintenir des instruments sophistiqués, parce que tout ce qu’on sait de la nature, on le sait au-delà de nos sens, on ne le sent que par les sciences. Pas de sciences sans techniques complexes, pas de sciences sans une certaine forme de progrès technique. Et en même temps, nous n’aurons pas les moyens de diffuser les techniques, ne serait-ce que parce qu’il n’y aura plus de métaux, il faudrait une infinité d’énergies pour pouvoir continuer à les chercher avec un coût environnemental terrible. Donc on risque d’avoir un paysage technologique très concentré, très curieux. […] Totalement hétérogène, avec un mélange de low et de high-tech.”

Advertisements